avec HDRsans HDR

HDR: Fournir un maximum d’informations visuelles à vos clients.

Le problème est simple et vous l’avez peut-être déjà rencontré: Lorsqu’il s’agit de photographier une chambre d’hôtel, une salle de restaurant, un appartement à vendre, ou toute pièce qui donne sur l’extérieur, le résultat est systématiquement décevant. Soit l’intérieur est correctement exposé et ce qu’il y a dehors apparaît comme un éblouissement, soit l’extérieur est visible mais la pièce est excessivement sombre.

C’est que les capteurs des appareils photo, comme la pellicule d’ailleurs, ont des caractéristiques différentes de l’oeil. On dit qu’ils ont une plage dynamique (l’écart entre les éléments qui apparaîtront comme sous-exposés et ceux qui seront « brûlés ») inférieure. Cette caractéristique n’est pas dérangeante en soi, elle permet de réaliser des photos artistiques, mais dans notre cas d’école c’est un handicap. Ce qui est peu éclairé apparaît comme sombre et ce qui est fortement éclairé disparaît dans un fondu au blanc.

Que faire alors? On peut éclairer l’intérieur artificiellement à l’aide de projecteurs ou profiter du lever/coucher du soleil, deux solutions aux handicaps évidents, ou alors recourir à la technique HDR. Et c’est cette solution que l’on va retenir la plupart du temps pour l’hôtellerie, la restauration, l’immobilier, en bref pour toutes les photographies qui doivent fournir un maximum d’informations tout en étant le plus alléchantes possibles.

On réalise donc, sur trépied pour faciliter l’alignement, une série de trois, cinq ou sept clichés dont partie est sous-exposée et partie surexposée. La magie s’opère ensuite en post-traitement, grâce à la puissance de calcul d’un ordinateur. Les détails sombres sont révélés et les hautes lumières ne sont plus brûlées. On obtient alors un fichier HDR contenant plus d’informations qu’une image standard mais aux couleurs relativement ternes. Intervient alors le tone mapping, partie artistique du traitement, qui consiste à traduire une gamme de couleurs en une autre, plus restreinte, pour revenir à une image exploitable sur le web. C’est vraiment alors l’occasion de créer des illustrations qui font envie dans ce qu’elles se rapprochent plus de la représentations mentale qu’on peut se faire d’un instant que d’un simple cliché. L’originalité est alors possible, mais il faudra rester cohérent avec l’ensemble du site.

De belles images, de vraies photographies, c’est indiscutablement un avantage sur la concurrence!

Image HDR avant le tone mapping